Soupapes encrassées

    Les soupapes constituent un organe mécanique important des moteurs thermiques puisqu’elles assurent :
  • l’admission des gaz frais dans la chambre de combustion — en général, le mélange air/essence pour les moteurs à allumage commandé ou seulement l’air pour les moteurs Diesel. La « levée » de la soupape d’admission, et la durée de son ouverture, déterminent la quantité d’air admise dans le cylindre
  • l’échappement des gaz brûlés vers l’extérieur.

    • Séparant la chambre de combustion des conduits d’admission et d’échappement, elles assurent par conséquent l’étanchéité de la chambre lors des phases de compression et combustion des gaz frais
    • Au début de l’automobile, la distribution était assurée par des soupapes automatiques constituées par des disques obturateurs, ouvertes par la dépression créée dans le cylindre à l’admission et rappelées par des ressorts. Bien que simple, l’ouverture de ce type de soupape est retardée d’autant plus que le régime moteur augmente. Le moteur ne pouvait donc pas ainsi dépasser les 1 000 à 1 300 tr/min
    • Au début du XXIe siècle, les soupapes équipant la quasi-totalité des moteurs thermiques sont des soupapes à tige (appelées également à tulipe). Actionnée généralement par un arbre à cames, la tige coulisse dans la culasse, laissant la tête de la soupape découvrir les conduits. Elle est rappelée en position par un (ou plusieurs) ressort de rappel. Ce type de soupape s’est très tôt imposé en raison de sa forme tulipée offrant un passage « fluide » des gaz et une surface plane et épaisse capable d’encaisser le front de flamme.


    Contactez-nous pour une demande de devis

    06 25 34 24 33